Un ticket pour la Terre

tourisme_biarritz_pierre

Organisée à l’échelle européenne, la semaine du développement durable a lieu du 30 mai au 5 juin. Pour l’occasion, des Biarrotes, réunis autour de l’Espace Jeunes du quartier Pétricot, organisent un drôle de concours. Sortez vos plumes… et vos tickets !

Aux grands maux, les grands moyens… et les petites mains. Celles des enfants de l’espace jeune, qui vont sensibiliser la population au changement climatique. Continue reading “Un ticket pour la Terre” »

La réforme dans la douleur

Les congressistes ont beaucoup soufflé hier lors de l’atelier sur la réforme de la formation professionnelle.

Ismène Vidal (Sogemedia) et Kris Ludhor (Afdas) ont usé de leur talent pour répondre aux interrogations des congressistes, perdus dans cet épais dossier. Entre les « Excusez moi, je suis peut-être la seule mais je suis complètement larguée » et les « On va tous s’y casser les dents« , pas simple de convaincre.

Avec cette réforme, la formation ne sera plus une dépense mais un investissement. Les grands changements sont la création d’un compte personnel de formation (à la charge des employés via ce site), l’obligation d’un entretien professionnel tous les deux ans, un état des lieux tous les six ans ainsi qu’une baisse de la contribution fiscale à la formation.

Des obligations qui ont fait grincer des dents parmi les éditeurs : « C’est au moins un énarque qui a fait ça !« , a-t-on entendu dans la salle.

S’en dégage une décision importante du bureau réuni mercredi soir. « Nous avons été sollicités par la PQR pour négocier un accord Presse Régionale. Cela va nous permettre de débloquer des fonds supplémentaires au-delà des versements obligatoires« , a expliqué Bruno Hocquart de Turtot.

L’atelier s’est terminé tant bien que mal, mais la réforme, elle, risque de faire parler d’elle encore un bon moment.

 

Un réseau de diffusion interne : pour quoi faire?

Les trois intervenants (de gauche à droite) : Julie Deal (Le Courrier Cauchois), Jean-Baptiste de Guébriant (Courrier de la Mayenne) et Fabrice Audouard (L'Essor)

Les trois intervenants (de gauche à droite) : Julie Deal (Le Courrier Cauchois), Jean-Baptiste de Guébriant (Courrier de la Mayenne) et Fabrice Audouard (L’Essor)

L’atelier « Vente au numéro : la reprise en direct d’un réseau de diffusion » a permis aux éditeurs de comprendre comment obtenir une certaine indépendance en reprenant leur réseau de diffusion.

La vente au numéro représente 57% des ventes totales. L’internalisation de la diffusion donne l’opportunité aux journaux de réaliser quelques économies, non négligeables en cette période. Selon Fabrice Audouard (de L’Essor), ces économies représenteraient 5000€ par semaine pour 10 000 journaux tirés.

Ce mode de diffusion internalisé permet d’éviter tous les aléas de la sous-traitance, et notamment les retards. « Le journal doit être mis en kiosque dès 6 ou 7h, sinon on perd beaucoup de ventes », explique Jean-Baptiste de Guébriant, le responsable diffusion du Courrier de la Mayenne.

Une qualité améliorée, une indépendance quasi-totale, voilà ce que revendiquent aujourd’hui les personnes converties à la diffusion internalisée.

La chasse au maire

Deux semaines de vaines relances par mails et par téléphone. Avoir une petite interview du maire de Biarritz nous semblait intéressant. Mais… Le maire semble insaisissable.

On pensait lui voler quelques mots lors de son mot d’accueil aux congressistes. Mais… Le maire a posé un lapin.

C’est son 1er adjoint, Guy Lafite, qui l’a remplacé au pied levé pour parler du métier de journaliste, « un métier difficile ». Et de finir sur cette phrase destinée aux éditeurs : « C’est votre rôle d’être poil à gratter« . Mais… Encore faut-il pouvoir joindre les interlocuteurs pour les chatouiller un peu.

 

Vincent David, l’élu

Il est 9h50 dans l’auditorium du palais Bellevue, l’élection de Vincent David est entérinée.
Seul candidat à la présidence du SPHR, le nouveau président confie, avec le sourire, avoir un peu « la boule au ventre ».
Vincent David s’est placé derrière le pupitre, après le dernier discours d’Eric Lejeune et l’approbation des comptes pour l’année 2014. « J’espère faire aussi bien que toi Eric », confie-t-il. Mais le directeur d’édition l’assure, il ne sera « pas seul » face aux défis qui l’attendent. « Ce bureau, c’est une Dream Team ».

Le nouveau président captivé par le Phrase Direct durant l'assemblée générale.

Le nouveau président captivé par le Phrase Direct durant l’assemblée générale.

Suivez en direct l’atelier sur la révolution des usages

Il sera animé par Florent Rimbert du SPHR,

Avec l’intervention de:

Valérie Migata, Marque-Média

Jean-Marie Charon, CNRS

Samuel Thomas, Le Messager

Gilles Charles, Le Tarn Libre

11h09 Florent Rimbert: « Les nouveaux usages comme communiquer par des applications,sont entrés dans les habitudes des Français »

« Comment répondre aux besoins? La notion d’usages est lié aux besoins et attentes. »

11h13 « Ces changements ont transformé les rapports du public aux médias. »

11h14 « 74% des lecteurs français disposent d’un compte sur un résau social. »

11h15 « Le changement peut etre subi mais il peut être un facteur d’opportunités. »

11h17 « Mettre au ceur de vos projets les lecteurs et les internautes »
11h28 Jean-Marie Charon « Il y a une rupture des usages. Il y a ce phénoméne de gratuité surtout chez les plus jeunes. Il faut la relativiser. Ce n’est pas une donnée absolue. Il faut arriver à travailler dessus. C’est certain qu’il n’y aura pas de retour en arrière  »
 » Ce qui est important dans loffre foisonnante, c’est que l’axe qui était le rapport entre le public et les médias s’est déplacé. »

11h30 « Parfois 80% ne passe pas parla Home page et arrive directement sur le contenu, donc c’est important à prendre en compte. »
« On est dans une logique de massmedia. On recherche dans le travail éditorial des angles, des informations qui intéressent des publics différents. Mais aujourd’hui, cette logique est déclinante.Aujourd’hui, la notion de personnalisation apparait. »
11h34 Samuel Thomas  » Les internautes arrivent prinipalement par les moteurs de recherche  »

Gilles Carles  » C’est le même phénomène. ça fait un an que le site est sorti de sa léthargie. Il est resté figé jusqu’à l’an dernier.  »

11h36 Valérie Migata  » Les chiffres montre qu’il y a environ 50% d’entrées par les moteurs de recherche  »
V.M.: « On constate qe les équipements sont à la hausse. Aujourd’hui 38% des fançais sont équipés de tablettes et 60% de smartphones. On est maintenant dans le numérique grand public. »

11h38 S.T. : « On utilise Google analytic. Chaque jour je regarde. »

11h40 G.C.: « La remontée dans Google est quasiment direct quand on utilise des outils pour la remontée. On triple ou quadruple l’audience en quelques heures sur le site. »

11h42 S.T. « Ce sont les faits divers qui sont les plus lus ou les faits insolites. »

G.C.: « Ce qui est compliqué, c’est de connaître les vrais usages des lecteurs »
11h47 V.M. « On observe qu’il y a des personnes qui ajoutent de plus en plus de supports d’informations, certains en suppriment. Il est difficile d’agir de manière pointu et spécifique auprès du lecteur »
« Il faut renoncer à l’idée qu’un seul support peut répondre à toutes les attentes. Les bouleersements et la complexité des marchés nécessitent de renoncer à cette idée. ça nécessite de bien connaître ses publics. Ca nécessite d’entrer dans une logique plus magazine. »

S.T.: « On a tendance à vouloir être exhaustif. Il fa ut se dire qu’à l’avenir, il faudra personnalisé l’offre, adpater les contenus numériques. Ce n’est pas forcément évident. »

11h54 J-M.C: « Je n’ai aucune raison de donner une même information sur des supports différents. Ce n’est pas facile. Le principe est le même pour la PHR. Dès qu’on est en local, ce qui nous manque, ce sont les jeunes et les urbains. Il faut aller chercher ce public. »
« C’est ce qu’a fait Publihebdos avec ses sites en Normandie. Ca pose la question de la mutualisation au niveau des hebdos. Il y a un butoir au niveau de la rédaction. »

11h59 S.T.: « Il faut s’adapter aux nouveaux usages et supports et ça c’est aux jeunes journalistes d’y aider, de la promo qui va sortir. »

12h G.C. : « J’ai un jeune jeune journaliste et pour lui, le web, c’est naturel. »
V.M : « Il ne faut plus se contenter de que informer. Les lecteurs attendent beaucoup plus: que les journaliste relaient l’information et qu’ils soient plus proches et plus immergées, et plus le relais des gens. Ce constat est largement partagé par les lecteurs. »

12h18 : Conférence terminée, tout le monde se dirige vers faire la sortie pour la photo de groupe sur la place. « Pas d’apéritifs ni de diner pour ceux qui ne sont pas dessus » plaisante Bruno Hocquart de Turtot.

Au menu ce soir

citeocean_mg_1662ce.martensCocktail en buffet

Pavé de bar rôti, jus de viande,

Risotto aux girolles bouton, jeunes primeurs

Fromages de nos vallées d’ici et d’ailleurs

Servis sur ardoise avec pains spéciaux et fruits de saison

Le plateau très gourmand

avec tartelette tutti frutti, russe praliné, dôme au choco/caramel

Et pour accompagné le tout :

Bordeaux blancs, entre 2 mers, Château Sainte-Marie

Saint-Nicolas de Bourgueil, Clos des Quarterons

« Older Entries